Les huit salopards – Sans œillères

Les huit salopards - Bandeau (749x255)

Un format d’exception…

Après Django unchained en 2012, Quentin Tarantino se replonge dans son genre favori, celui des westerns. Mais avec Les huit salopards (The hateful eight), au mode scope de Sergio Leone, le cinéaste américain répond en mode Ultra Panavision 70. Ce western en huis-clos a en effet été tourné sur pellicules 70 mm ! Il faut remonter à 1966, soit un flash-back d’un demi-siècle, pour retrouver trace d’un film tourné dans ce format, en l’occurrence Khartoum de Basil Dearden.

Il faut savoit que l’Ultra Panavision 70 nécessite des objectifs anamorphiques qui se différencient des objectifs sphériques traditionnels. Panavision a retrouvé une quinzaine de ces objectifs dans ses réserves, dont certains avaient servi en 1959 pour la séquence du char dans Ben-Hur de William Wyler. Ils ont été remis en état de marche et adaptés aux caméras actuelles.

Director Quentin Tarantino on the set of THE HATEFUL EIGHT

Director Quentin Tarantino on the set of THE HATEFUL EIGHT

Le tournage du film a débuté en janvier 2015 dans les Rocheuses près de Telluride dans le Colorado (le Wyoming dans le film). Les prises de vue ont été compliquées par le froid et l’humidité, mais les objectifs anamorphiques utilisés ont donné entière satisfaction.

Ce format 70 mm offre un ratio de 2.76:1, soit des images quasiment 3 fois plus larges que hautes. Le 70 mm équivaut à un format scope élargi, c’est du cinéma panoramique ! Malheureusement, très peu de salles en France sont en mesure de projeter ce format. Ces salles doivent être équipées d’un grand écran, d’un projecteur acceptant le 70 mm et d’une optique spécifique.

Les huit salopard - Panoramique (716x390)

A scene from THE HATEFUL EIGHT Photo: Andrew Cooper, SMPSP © 2015 The Weinstein Company. All Rights Reserved.

Le format panoramique n’est pas le seul atout des pellicules Ultra Panavision 70. L’argentique saisit la profondeur, la couleur et la lumière mieux que ne saurait le faire le numérique. La qualité du son est également exceptionnelle.

Côté matériels et pellicules, voici ce qu’est le 70 mm (vidéo réalisée avec un Nikon D810 par Andrew Walker, projectionniste durant le roadshow américain du film de Quentin Tarantino). Un cinéma vivant et en cela nous partageons pleinement l’avis du cinéaste.

…à l’exploitation confidentielle

Nous pouvons donc regretter qu’une seule copie 70 mm soit en exploitation dans le pays des frères Lumière. Elle a été utilisée lors des 5 avant-premières avant de prendre la direction du Gaumont Marignan (Paris) puis du Grand Mercure d’Elboeuf (près de Rouen) pour une exploitation durant deux semaines sur chacun de ces deux sites.

Deux versions de ce film sont ainsi proposées : la version numérique d’une durée de 2h47 et donc la version argentique 70 mm dont la durée est de 3h02. Les 15 minutes additionnelles de la version 70 mm sont composées d’une introduction musicale et de quelques scènes complémentaires.

Les huit salopards - Diligence (701x467)

A ce magnifique format délaissé depuis un demi-siècle, Quentin Tarantino a souhaité associé un mode de projection qui n’a plus cours également : une ouverture précédant une projection en deux parties séparées par un entracte.

Si votre cinéma préféré vous propose le choix entre ces deux versions, nous vous conseillons vivement d’opter pour la version argentique. Les projections 70 mm de films tournés dans ce format sont devenues rares.

Golden Globe et… Oscars ?

A l’heure où nous publions cet article, ce film a déjà été multi-récompensé avec notamment l’obtention par Ennio Morricone du Golden Globe 2016 pour la meilleure musique de film. Mais il est a noter que celle-ci n’a pas été composée pour Les huit salopards ! Ce sont des partitions qui n’avaient pas été retenues en 1982 dans la B.O. de The thing de John Carpenter, c’est Quentin Tarantino lui-même qui nous le révèle ici.

A cela s’ajoutent trois nominations aux Oscars 2016 qui seront remis le 28 février prochain dans les catégories meilleure photographie, meilleure actrice dans un second rôle (Jennifer Jason Leigh) et meilleure bande originale (Ennio Morricone).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s