Spotlight – En( )quête (de) vérité

Spotlight - Brian d'Arcy James, John Slattery, Mark Ruffalo, Michael Keaton, Rachel McAdams

Reconstitution précise d’une enquête journalistique sur un réseau pédophile découvert en 2002 et couvert par l’Église catholique de Boston. Scandale bostonien à portée mondiale relaté avec sobriété, intelligence et sans emphase. Thomas McCarthy livre un véritable pamphlet animé par un casting irréprochable. Magistral hommage au journalisme d’investigation, Spotlight est un futur classique du cinéma.

Adapté de faits réels, Spotlight retrace la fascinante enquête du Boston Globe – couronnée par le prix Pulitzer – qui a mis à jour un scandale sans précédent au sein de l’Eglise Catholique. Une équipe de journalistes d’investigation, baptisée Spotlight, a enquêté pendant 12 mois sur des suspicions d’abus sexuels au sein d’une des institutions les plus anciennes et les plus respectées au monde. L’enquête révèlera que L’Eglise Catholique a protégé pendant des décennies les personnalités religieuses, juridiques et politiques les plus en vue de Boston, et déclenchera par la suite une vague de révélations dans le monde entier.

N.B. : les zones de couleur tourquoise révèlent une partie de la trame scénaristique du film

Primauté au fond plutôt qu’à la forme

Un fait divers masquant une affaire politiquement sensible derrière laquelle une équipe de journalistes cherche la vérité. L’argument de Spotlight nous rappelle immédiatement le synopsis de Les hommes du président réalisé en 1976 par Alan J. Pakula. Thomas McCarthy revendique lui-même la référence mais présente cependant son film, à raison, comme une scrupuleuse reconstitution de l’enquête journalistique du Boston Globe.

Le cinéaste adopte une mise en scène extrêmement classique et rigoureuse. Nous y voyons un choix délibéré du metteur en scène pour que la forme ne vienne pas altérer le fond. Option judicieuse et poussée jusqu’aux décors puisque Spotlight a été tourné dans les bureaux du Boston Globe à Dorchester, dans la Boston Public Library et dans l’université McMaster, seule la salle de réunion a fait l’objet d’une reconstitution en studio.

Spotlight - Mark Ruffalo, Michael Keaton

Aucun effet de style ne vient donc voiler le propos du long-métrage : la découverte en 2002 d’un réseau pédophile organisé au sein de l’Église catholique de Boston et l’enquête menée durant un an par la cellule d’investigation, nommée Spotlight, du Boston Globe. La mise en scène intelligente proposée par Thomas McCarthy brille par sa sobriété de bon aloi.

Un casting irréprochable

Outre une mise en forme adaptée au contenu, Spotlight bénéficie d’un excellent casting et d’une direction d’acteurs efficace. Le réalisateur se plait ainsi à suivre de près l’équipe journalistique dans ses investigations, ses interviews et sa stratégie changeante au fur et à mesure de l’avancée de l’enquête. A aucun moment le metteur en scène et ses acteurs ne versent dans l’emphase.

Ainsi, la culpabilité des différentes parties est parfaitement mise en lumière : celle des journalistes (ne pas avoir fait ce qu’il fallait faire au moment voulu) et celle des victimes (prétendue culpabilité de leur environnement familial)… En opposition l’impunité des vrais coupables, protégés par des autorités sourdes, muettes et aveugles, ne peut soulever que mépris, indignation et stupéfaction.

Spotlight - Brian d'Arcy James, Mark Ruffalo, Michael Keaton, Rachel McAdams

Côté interprétation, nous décernons une mention spéciale à Rachel McAdams très convaincante dans son jeu. Et comment ne pas citer la remarquable prestation de Mark Ruffalo ? Il devient coutumier du fait après ses déjà excellentes apparitions dans Shutter Island (2010, Martin Scorsese) et Foxcatcher (2014, Bennett Miller). Cantonné aux seconds rôles, nous nous languissons de le voir porter le rôle principal d’un film d’auteur…

6%

Une étude mentionnée dans Spotlight indique que 6% des prêtres seraient responsables d’actes pédophiles… Taux révoltant qui, pour la ville de Boston, se révèlera en dessous de la réalité puisque 249 prêtres sur les 1500 que comptait la ville ont été identifiés comme coupables de tels actes. D’autres chiffres sont révélés tel que le millier de victimes bostoniennes, soit une moyenne de quatre victimes par prêtre pédophile dans la plus grande ville du Massachusetts

Spotlight - Liev Schreiber, Michael Keaton

Les cartons du pré-générique de fin viendront nous rappeler que ce scandale est malheureusement mondial. La simple application du taux de 6% aux nombreuses villes citées laissent imaginer des chiffres vertigineux et autant de vies brisées pour les victimes face au traumatisme vécu.

Sujet révoltant pour un film-dossier pamphlet édifié en hommage au journalisme d’investigation. Magistrale œuvre opportunément récompensée de l’Oscar 2016 du meilleur film. L’indignation et les questions qu’elle soulève n’ont d’égal que sa sincérité et sa nécessité. A nos yeux, Spotlight mérite une place dans le Panthéon des grands classiques du 7ème art.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s