Nuestro tiempo – L’adulte erre, toujours

Habitué du festival de Cannes, Carlos Reygadas y a remporté le prix du Jury en 2007 avec Lumière silencieuse et celui de la Mise en scène en 2012 avec Post tenebras lux. En 2018, son dernier opus, Nuestro tiempo, n’a pas eu les honneurs d’une sélection cannoise mais ceux de la Mostra de Venise. Pourtant, sa filiation avec Lumière silencieuse est particulièrement forte au point, semble-t-il, de freiner l’ambition narrative qui aurait pu (dû ?) animer Nuestro tiempo.

La campagne mexicaine. Une famille élève des taureaux de combat. Esther est en charge de la gestion du ranch, tandis que son mari Juan, poète de renommée mondiale, s’occupe des bêtes. Lorsqu’Esther s’éprend du dresseur de chevaux, Juan se révèle alors incapable de rester fidèle à ses convictions.

La scène liminaire de Nuestro tiempo nous remémore sans tarder celle du précédent film de Carlos Raygadas, Post tenebras lux. Nous y voyons en effet des enfants évoluer en groupes et librement dans un environnement naturel de toute beauté. Cette longue introduction échappe à toute forme de narration. Ici, l’objectif du metteur en scène est avant tout d’appréhender de façon sensorielle un contexte géographique. Les paysages cadrés au format CinémaScope sont ceux de l’état de Tlaxcala situé à une centaine de kilomètres à l’est de la capitale mexicaine.

Le préambule composé de plusieurs séquences s’étire sur quarante-cinq minutes et introduit un film frôlant les trois heures. Malgré cette durée longue visitée avec lenteur, aucune répétition ne sera décelée. Au-delà de sa séquence liminaire, Nuestro tiempo s’inscrit plus directement en prolongement non pas de Post tenebras lux mais de Lumière silencieuse tant sur le fond que sur la forme. Sur le fond, Reygadas également scénariste de ces deux films poursuit sa réflexion sur la vie en couple, la déréliction amoureuse à travers l’usure au quotidien des sentiments amoureux. Présent aussi devant la caméra, le couple qu’il met en scène n’est autre que celui qu’il forme à la ville avec Natalia López. La néo-actrice est une fidèle associée de son cinéaste de mari puisqu’elle œuvra au montage technique de Post tenebras lux et… Lumière silencieuse.

Plus dialogué que ces prédécesseurs, Nuestro tiempo est empreint de quelques nuances d’ordre philosophique. L’amour est-il partagé par les deux membres du couple filmé ? Peut-il être partagé hors de ce duo ? Fidèle à ses interrogations, Reygadas conjugue l’extraconjugal au présent de « nuestro tiempo ». Certaines métaphores pourront paraître ampoulées d’autant que leur emphase est soulignée par quelques plans anamorphosés plutôt vains. La narration adoptée laisse cependant à chaque spectateur son libre choix de lecture.

Sur la forme, les nombreuses fulgurances visuelles dont ce metteur en scène de génie a le secret combleront les spectateurs qui se seront cantonnés à un rôle d’observateur. C’est l’une des qualités indéniables du film : Reygadas capte avec virtuosité la nature minérale et animale dans toute sa splendeur. Remarquons au passage que Nuestro tiempo est le premier film que le cinéaste a tourné entièrement en numérique.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.