La favorite – Luttes des castes

En comparaison avec les précédents films réalisés par Yórgos Lánthimos, La favorite a, par sa moindre cruauté, vocation à trouver l’adhésion d’un public plus large. Cette tragi-comédie nihiliste, troisième film en langue anglaise du cinéaste grec, dresse un portrait satirique de la cour d’Angleterre du début du XVIIIème siècle. Le cinéaste filme au grand angle cette cour et les jeux de pouvoir qui l’animent notamment à travers un trio amoureux incarné par les comédiennes Olivia Colman, Rachel Weisz et Emma Stone.

Lire la suite

Les raisins de la colère – Au bout de l’itinérance

Dans la filmographie de John Ford, Les raisins de la colère occupe une place singulière. C’est en effet l’unique film du cinéaste traitant d’un sujet social contemporain : l’exode contrainte par la Grande Dépression de milliers de familles américaines vers des contrées moins sinistrées et plus hospitalières. Le film récemment restauré bénéficie d’une ressortie en salle. L’occasion nous est donc offerte de ré-estimer les qualités de ce film, notamment la photographie composée par le chef opérateur Gregg Toland.

Lire la suite

Les âmes mortes – Jamais le souffle de l’Histoire ne faiblira

Présenté en deux parties en séance spéciale lors du festival de Cannes 2018, c’est finalement en trois volets cumulant huit heures et demi de visionnement que le documentaire de Wang Bing a été distribué en salle. Les âmes mortes émerge de six cents heures de rushes et de cent vingt témoignages captés entre 2005 et 2008 puis complétés en 2016 auprès de survivants. Ce documentaire-enquête sur la période appelée « la campagne anti-droitiste » menée en Chine nait aussi de la fiction-reconstitution Le fossé (2010) que le documentariste chinois avait aussi réalisé.

Lire la suite

1900 – Les Rouges et les Noirs

Fresque politique et idéologique tout aussi somme que modèle, 1900 de Bernardo Bertolucci est un film d’une ambition folle. L’immensité de ce diptyque monumental ne réside pas uniquement dans sa durée (5h17). Le casting international convoqué, la narration filant sur près d’un demi-siècle, la réalisation impeccable, un tournage sur neuf mois embrassant les quatre saisons annuelles sont autant d’éléments qui nous poussent à considérer cette saga familiale comme l’un des plus grands films italiens des années 1970.

Lire la suite

Un peuple et son roi – Histoire tronquée

Avec un large casting francophone, une ambition narrative certaine, un budget (estimé à 17 M€) et une durée de tournage (45 jours) confortables, Un peuple et son roi cumule nombre d’attributs le portant candidat au « titre » de meilleur film français de l’année. D’autant que ce troisième long-métrage de fiction pour le cinéma de Pierre Schœller a pour aîné un autre long-métrage politique, l’excellent Exercice de l’état (2011). Mais une première zone d’ombre avait été posée sur Un peuple et son roi suite à sa non sélection par les organisateurs du festival de Cannes. Le film avait été à demi repêché par sa sélection en hors compétition à la Mostra de Venise. Étaient-ce deux signes de mauvais présage ?

Lire la suite

N.B. #6 – Les camarades (1963, Mario Monicelli)

La ressortie en salle et en version intégrale (2h10) restaurée 4K des Camarades offre l’opportunité de redécouvrir dans d’excellentes conditions ce film réalisé en 1963 par Mario Monicelli. Le cinéaste y chronique le quotidien d’un monde ouvrier pris en tenaille entre misère et luttes sociales. Face à l’injustice et à l’adversité, les ouvriers mis en scène n’ont d’autres meilleures armes que leur solidarité et leur fraternité pour promouvoir leurs revendications sociales dans un élan de survie.

Lire la suite

Mademoiselle Paradis – Regard extérieur

De nouveau, Barbara Albert réalise un film très féminin autour de son héroïne principale incarnée par Maria-Victoria Dragus, vue récemment dans Baccalauréat (2016, Cristian Mungiu). La réalisatrice autrichienne réserve cependant aux représentants du sexe fort un traitement moins caricatural que celui observé dans le lourd et pesant Banlieue nord (1999). Mademoiselle Paradis bénéficie donc d’un traitement non manichéen entre les deux genres humains mais interroge sur les choix formels effectués par son auteur.

Lire la suite

Le 13e – Dérives du justiciable à l’injustifiable

Diffusé par Netflix, le documentaire Le 13e réalisé par Ava DuVernay fait la généalogie du 13ème amendement de la constitution des États-Unis depuis sa ratification en décembre 1865 jusqu’à nos jours. Le constat tiré est terrifiant. De mesures répressives en lois coercitives, là où « plaider coupable » est un système de « défense », la culpabilité de l’esclavage a peu à peu été transférée des législateurs vers les victimes.

Lire la suite