N.B. #20 – Un jour si blanc (2019, Hlynur Palmason)

Comme Winter brothers (2017, Les gris pour motifs visuels) mais à un degré moindre, Un jour si blanc se révèle être une œuvre plus plasticienne que narrative. Tel est le procédé et désormais la marque de fabrique de son auteur, le réalisateur islandais Hlynur Palmason.

Lire la suite

N.B. #19 – La chatte des montagnes (1921, Ernst Lubitsch)

Au début des années 1920, Ernst Lubitsch réalise La chatte des montagnes, à savoir une « comédie grotesque en 4 actes ». Le terme farce nous paraît plus approprié pour qualifier ce film muet qui, semble-t-il, aurait été l’une des sources d’inspiration des Monty Python. L’intérêt principal de La chatte des montagnes réside cependant plus sur la forme que sur le fond.

Lire la suite

N.B. #18 – Lola vers la mer (2019, Laurent Micheli)

Dès sa séquence d’ouverture qui montre au ralenti un adolescent en skateboard, Lola vers la mer emprunte au cinéma de Xavier Dolan. Pour l’introduction de son deuxième film, Laurent Micheli s’inspire de Mommy (2014) tout comme, entre autres, pour une scène musicale et dansée dans laquelle Céline Dion est troquée pour le groupe Culture club et Boy George chantant Karma chameleon. Les références à la filmographie du cinéaste canadien sont donc d’ordre visuel et de mise en scène mais aussi d’ordre thématique.

Lire la suite

N.B. #16 – L’angle mort (2019, Patrick-Mario Bernard et Pierre Trividic)

L’angle mort de Patrick-Mario Bernard et Pierre Trividic a été présenté au festival de Cannes cette année dans la sélection ACID. Ce film fragile au budget contraint est un vrai film de genre qui surprend dans le paysage cinématographique français actuel. Outre une bonne direction d’acteurs, L’angle mort bénéficie d’un scénario porté par une belle originalité.

Lire la suite

N.B. #15 – Miracle en Alabama (1962, Arthur Penn)

Arthur Penn a fait trois adaptations du roman autobiographique d’Helen Keller, Sourde, muette et aveugle : l’histoire de ma vie. D’abord pour la télévision en 1957, puis au théâtre en 1959 et enfin pour le cinéma en 1962. Aujourd’hui, Miracle en Alabama réapparaît en version restaurée à l’affiche de nos cinémas. Ce film a valu à son duo central féminin composé d’Anne Bancroft et de Patty Duke, l’obtention respective de l’Oscar de la Meilleure actrice et de celui de la Meilleure actrice dans un second rôle.

Lire la suite

N.B. #14 – Wrong cops (2013, Quentin Dupieux)

D’abord chapitre, puis court-métrage, puis film et enfin mini-série dont il est question ici, Wrong cops de Quentin Dupieux n’a pas la saveur de ses aînés, notamment Rubber (2010) et Wrong (2012). La part conceptuelle de cette réalisation est circonscrite à l’utilisation d’optiques russes des années 60 sur un Canon 5D. D’un point de vue visuel, les images obtenues sont laides. La surexposition de certaines d’entre elles ne constitue qu’un procédé cache misère.

Lire la suite