Ne croyez surtout pas que je hurle – Confinement en 24 images par seconde

Frank Beauvais, déjà auteur de plusieurs courts métrages, livre un remarquable premier long métrage. Ne croyez surtout pas que je hurle est plus affaire de narration et de montage que de réalisation. L’auteur-narrateur dévoile et documente ses états d’âme. Ils sont ceux d’un homme confiné physiquement dans la campagne alsacienne et mentalement dans une dépression née d’une déception amoureuse. Ne croyez surtout pas que je hurle, œuvre singulière et attachante, résonne comme un coup de maître.

Lire la suite