Tous les matins du monde – L’art sans retour ni détour

Passionné de musique baroque, Alain Corneau réalise Tous les matins du monde en 1991. Ce film en costumes, baroque et austère surprend de la part d’un cinéaste passé maître dans la réalisation de polars en digne héritier de Jean-Pierre Melville. La surprise est même double quand on constate que le rôle principal est confié à Jean-Pierre Marielle utilisé ici dans un registre janséniste diamétralement opposé aux personnages hâbleurs et extravertis qui ont fait sa notoriété. Tous les matins du monde est le plus grand succès public de Corneau. Le même accueil favorable est constaté du côté des professionnels qui récompensèrent le cinéaste du Prix Louis-Delluc en 1991 et de sept Césars en 1992 dont ceux du meilleur réalisateur et du meilleur film.

Lire la suite

Publicités

Les confins du monde – Aux confins de l’humanité ?

Les confins du monde n’est ni un récit historique, ni un film de guerre mais un film psychologique et métaphysique sur la guérilla du Tonkin. Dans ce long métrage présenté à la Quinzaine des Réalisateurs du festival de Cannes 2018, les retranchements filmés sont tant géographiques (la jungle indochinoise) que psychologiques (la psyché malade d’un soldat incarné par Gaspard Ulliel). Guillaume Nicloux nous invite à un voyage dont la destination est indéterminée. Serions-nous en route pour les confins de l’humanité ?

Lire la suite

1900 – Les Rouges et les Noirs

Fresque politique et idéologique tout aussi somme que modèle, 1900 de Bernardo Bertolucci est un film d’une ambition folle. L’immensité de ce diptyque monumental ne réside pas uniquement dans sa durée (5h17). Le casting international convoqué, la narration filant sur près d’un demi-siècle, la réalisation impeccable, un tournage sur neuf mois embrassant les quatre saisons annuelles sont autant d’éléments qui nous poussent à considérer cette saga familiale comme l’un des plus grands films italiens des années 1970.

Lire la suite

Un beau soleil intérieur – Les reflets du genre humain

Présenté en ouverture de la Quinzaine des Réalisateurs 2017, Un beau soleil intérieur de Claire Denis chronique les fragments de la vie sentimentale de son héroïne principale interprétée par Juliette Binoche. En reflet, la galerie de portraits masculins, rehaussée par une bande-son jazzy composée par Stuart A. Staples, expose les faiblesses du genre humain.

Lire la suite

Le divan de Staline – Au banc des accusés

le-divan-de-staline-depardieu-3

Adaptation du roman éponyme de Jean-Daniel Baltassat, Le divan de Staline assoit une nouvelle collaboration entre Fanny Ardant et Gérard Depardieu. Dans son troisième long métrage, l’actrice-réalisatrice place son partenaire de La femme d’à côté face aux démons intérieurs d’un Staline au crépuscule de sa vie. La chronique livrée, plus intime que politique, a les allures d’un brumeux théâtre en demi-teinte.

Lire la suite

Valley of love – Un sommet d’interprétation

Valley of love - Huppert et Depardieu

Notre rédaction In Ciné Veritas a classé Valley of love en 6ème position dans son Top 2015.

Subtil psychodrame intimiste animé par l’un des plus beaux duos du cinéma français : Isabelle Huppert et Gérard Depardieu. Trente-cinq ans après Loulou de Maurice Pialat, les deux acteurs à nouveau réunis à l’écran livrent chacun une interprétation prodigieuse.

Lire la suite

Top 2015

Baissé de rideau sur l’année 2015, fin de la représentation. Il est donc temps d’établir notre top 10 des films vus durant ces douze derniers mois

Il peut vous paraître surprenant que le blog In Ciné Veritas consacre son premier article à un top annuel. Nous avons jugé que ce procédé était approprié pour vous faire part du cinéma que nous aimons. Lire la suite