Cold war – En panoramique étriqué

En 2015, Pawel Pawlikowski obtenait l’Oscar du meilleur film en langue étrangère avec Ida (2013). Dans sa nouvelle réalisation, Cold war, le cinéaste polonais reconduit le même formalisme cinématographique à savoir un noir et blanc enfermé dans un format 4/3. Face à la chronique mélancolique d’un exil entre la Pologne, l’Allemagne, la France et la Yougoslavie, ce style était-il le plus approprié ?

Lire la suite

Publicités

Mandarines – Pommes de discordes

Mandarines - Ivo

Zaza Urushadze propose, dans un quasi huis clos, une réflexion intelligente sur l’absurdité des conflits interethniques. Si l’absence de la langue et d’un protagoniste abkhaze biaise un peu le propos, le sujet n’en demeure pas moins traité efficacement sans clichés ni bons sentiments. De Mandarines nait un récit humaniste et percutant porté par un casting de qualité.

Lire la suite