N.B. #11 – Le bateau phare (1985, Jerzy Skolimowski)

Pour sa première réalisation américaine, Jerzy Skolimowski livre un film d’un genre indéterminé. Le bateau phare ne dénote donc pas dans la filmographie du cinéaste polonais. Plus que de genre indéterminé il semble plus approprié d’évoquer un « genre » hybride. En effet, Le bateau phare relève tant du thriller que du drame familial. Outre la belle originalité de faire camper l’histoire racontée sur le bateau titre, Skolimowski y aborde pour la première fois et de façon singulière la thématique des relations père-fils.

Lire la suite

Publicités

Walkover – Rythme effréné

Jerzy Skolimowski inscrit Walkover, son deuxième long métrage, dans la lignée de sa première réalisation Signes particuliers : aucun (1965, Signalement d’un cinéaste en devenir). Plus encore que son aîné, Walkover est mu par l’énergie des personnages mis en scène et les mouvements d’une caméra captant de façon instinctive un matériau réaliste en environnement naturel.

Lire la suite

N.B. #7 – Le départ (1967, Jerzy Skolimowski)

Quand deux Nouvelles Vagues se rencontrent, l’une polonaise, l’autre française, nait Le départ, Ours d’or de la Berlinale 1967. Dans les remous formés, le spectateur ne peinera pas à voir enfreints aussi bien les codes du cinéma que le code de la route. Ce film de Jerzy Skolimowski bénéficie depuis aujourd’hui d’une ressortie en salle dans sa version restaurée.

Lire la suite