Interlude #7 – Suspense (Phillips Smalley et Lois Weber)

Pionnière du 7ème art à Hollywood, Lois Weber réalisa Suspense avec son époux Phillips Smalley en 1913. Malgré sa durée limitée à une dizaine de minutes, ce court-métrage est animé d’une mise en scène particulièrement novatrice. Alors que le récit était adapté d’une pièce de théâtre, le duo de réalisateur prit à contrepied tous les codes du théâtre filmé. Par les qualités techniques qu’il recèle, Suspense constitue un court-métrage jalon de l’histoire du cinéma.

Seule chez elle avec son enfant, une femme a tout juste le temps de prévenir son époux avant d’être assaillie par un vagabond, qui coupe les fils du téléphone. S’ensuit une course contre la montre durant laquelle elle met tout en œuvre pour protéger son nourrisson.

Dans Suspense, Lois Weber officie tant derrière que devant la caméra au sein d’un casting serré puisque trois autres acteurs (Val Paul, Douglas Gerrard, Sam Kaufman) seulement seront crédités au générique. C’est cependant moins son jeu d’actrice devant la caméra que son imagination derrière celle-ci associée à celle de Phillips Smalley qui surprennent.

Il y a d’abord le suspense invoqué par le titre. Il fera long feu pour être mené quasiment jusqu’au générique de fin. Il y a ensuite et surtout, toute la mise en scène imaginée et mise en œuvre par le duo de réalisateurs. En effet, derrière la caméra, Weber et Smalley rivalisent d’audace et d’imagination. Ils alternent par exemple scènes captées en intérieur et séquences filmées en extérieur. L’ensemble est dense et des plus dynamique alors que la caméra reste immuablement fixe. Les cadres imposés par le champ de l’appareil délimitent l’espace dans lequel les protagonistes se déplacent. Il n’y a là rien de révolutionnaire en somme.

Par contre, nous remarquons que le dynamisme de la mise en scène provient aussi, d’une part, de la grande variété des prises de vue et, d’autre part, de cadrages novateurs. Signalons ici que l’alternance de ces prises de vue est soigneusement entretenue et agencée par un montage technique au cordeau. Weber et Smalley font feu de tout bois. En une dizaine de minutes, la couple de metteurs en scène enchaîne champs et contrechamps classiques ou… en plongée dont certains seront agrémentés de regards caméra !

Pareil dynamisme émerge des séquences tournées en extérieur. Il en va ainsi de la course-poursuite en voiture. La caméra embarquée tour à tour dans chacun des deux véhicules propose des prises de vue novatrices. Ainsi nous verrons le véhicule poursuivant et ses occupants dans le rétroviseur de la première voiture. Puis, installés sur la banquette arrière de la deuxième voiture, nous percevrons le véhicule poursuivi avant de venir à sa hauteur. La percussion d’un piéton sur la chaussée par l’une des voitures participe aussi au côté percutant et immersif du court-métrage.

Enfin, procédé inédit jusqu’ici à notre connaissance, Weber et Smalley émaillent Suspense de deux écrans partagés (split-screen) composés pour restituer deux conversations téléphoniques. Les réalisateurs découpent l’écran en trois parties. Deux d’entre elles sont respectivement occupées par les deux interlocuteurs échangeant au téléphone. La troisième partie de l’écran est opportunément dédiée à un intrus dont la seule présence permet de restituer astucieusement le suspense-titre.

La réalisation de Suspense est brillante, complexe et ingénieuse. Elle sert avec efficacité la restitution d’une atmosphère au point de rendre programmatique le titre du court-métrage. Réalisé en 1913, Suspense est venu enrichir un langage cinématographique naissant. Les codes inventés ici seront repris et augmentés quelques années plus tard par la veine avant-gardiste du 7ème art.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.